„Duel serré entre Komorowski et Kaczynski pour la présidence polonaise”, La-Croix

4 lipca 2010 r.

Les Polonais votaient dimanche au second tour de la présidentielle qui oppose dans un duel serré le candidat libéral Bronislaw Komorowski au conservateur Jaroslaw Kaczynski , frere jumeau du président mort en avril dans un accident d’avion en Russie. 

Selon le tout dernier sondage publié vendredi, M. Komorowski, candidat du parti Plateforme civique du Premier ministre pro-européen Donald Tusk, est crédité de 51% des intentions de vote contre 44% pour l’ex-Premier ministre et chef du Parti nationaliste et eurosceptique Droit et Justice. 

Mais les enquetes font état d’un nombre important d’indécis et les analystes s’accordent pour dire que l’abstention va en cette période de vacances jouer un rôle clé et pourrait agir en faveur de M. Kaczynski, dont les électeurs sont plus disciplinés. 

La participation était de 26,63% a 13h00 locales (11h00 GMT), sept heures avant la fermeture des bureaux de vote, dépassant de 3,25 points celle du premier tour a la meme heure le 20 juin. 

„Ce taux de participation montre une tres forte mobilisation des électeurs polonais dans une situation tres difficile pour Komorowski qui a perdu le second débat télévisé”, a déclaré a l’AFP le spécialiste en marketing politique Eryk Mistewicz. 

[Jaroslaw Kaczynski, candidat conservateur a l'élection présidentielle, accompagné de la petite-fille de son frere décédé, va voter le 4 juillet 2010 a Varsovie - Š 2010 AFP - Janek Skarzynski] 

Il y a cinq ans, le frere jumeau de Jaroslaw Kaczynski, Lech, avait créé la surprise en rattrapant et dépassant le candidat Donald Tusk entre les deux tours. 

M. Kaczynski, 61 ans, a voté dimanche a Varsovie avec sa niece Marta qui était accompagnée de son époux et de ses deux fillettes. „J’appelle encore une fois tout le monde a participer a cette élection car c’est tres important pour la démocratie polonaise”, a-t-il déclaré. 

Pres de 836.000 électeurs, un chiffre record, se sont munis d’une autorisation de voter hors de leur lieu de résidence. 

Bronislaw Komorowski, 58 ans, normalement inscrit a Varsovie, a voté a Mackowa Ruda, petit village d’une région de lacs et forets du nord-est de la Pologne, ou il passait son week-end avec sa famille et des amis. Interrogé sur le fait de savoir s’il était confiant, le candidat arrivé en tete au premier tour a répondu „tres”. 

[Le président par intérim Bronislaw Komorowski et candidat a la présidentielle, lors d'un meeting électoral le 2 juillet 2010 a Dzialdowo - Š 2010 AFP - Janek Skarzynski] 

Le prix Nobel et ancien président Lech Walesa, domicilié a Gdansk (nord), a voté a Cracovie (sud) ou il participait a une conférence internationale sur la démocratie. 

„La participation peut etre plus élevée au deuxieme tour, car les émotions sont plus fortes”, a commenté M. Tusk en votant a Sopot (nord). 

La campagne électorale, plus calme que d’habitude car marquée par la mort du chef de l’Etat puis assombrie par des inondations dévastatrices, a malgré tout creusé les divisions entre une Pologne conservatrice, celle des petites villes et campagnes, dans l’ensemble plus âgée et moins éduquée, et une Pologne des grandes villes, plus jeune et plus ouverte au monde. 

Jaroslaw Kaczynski s’est efforcé de faire oublier son style intransigeant, son art de diviser et les blocages répétés des institutions européennes qui ont marqué le temps ou il était le Premier ministre de son frere, de juillet 2006 a novembre 2007. 

M. Komorowski, peu charismatique, s’est lui aussi posé en rassembleur sous le slogan „l’entente est constructive”, qui sous-entend que son élection, si elle a lieu, mettra fin a une cohabitation difficile entre le gouvernement libéral de Donald Tusk et l’opposition conservatrice représentée a la tete de l’Etat par le président défunt Lech Kaczynski.

Les deux rivaux ont multiplié les gestes de séduction a l’égard des électeurs de gauche, dont le candidat Grzegorz Napieralski a créé la surprise au premier tour avec un score de plus de 13%. 

Les résultats des sondages réalisés a la sortie des bureaux de vote sont attendus immédiatement apres la fin du scrutin.